vernis

Le vernis à ongles bio promet un minimum d’agents toxiques mais est-il vraiment naturel? On vous dit tout sur ses compositions et les marques à découvrir !

A l’ère de la slow cosmétique et d’une consommation plus responsable, les marques de beauté s’efforcent de développer de plus en plus de produits de beauté bios. Etre healthy jusqu’au bout des ongles? C’est possible avec à présent une vaste gamme de vernis bios disponibles sur le marché. Mais qu’est-ce que cela vaut concrètement?

Du presque naturel : il n’existe pas encore de vernis à ongles bio mais des marques proposent des compositions plus écolos et naturelles au maximum. Produits sans solvants, acides ni assouplissants garantissent ainsi des ongles qui ne virent pas de couleur et dès lors moins de risques pour la santé.

Tous ces agents chimiques sont directement soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, irritants pour les yeux et les voies respiratoires et sources d’allergies. Malheureusement, ils sont généralement présents pour assurer la tenue longue durée du vernis. Sans ceux-ci, il est plus compliqué de maintenir un produit liquide qui sèchera et tiendra efficacement à l’air libre. Plus compliqué, mais pas impossible. Si les premiers du marché en 2011 ont vite été retirés pour leur piètre qualité, cinq ans plus tard les marques ont nettement progressé.

Il n’est toujours pas possible de parler de vernis 100% naturel mais les alternatives se font plus intéressantes. Elles sont composées principalement de pigments naturels et de résines non toxiques et diverses certifications allant du 3 au 8-free permettent de les distinguer. La couvrance autrefois médiocre rivalise enfin avec les marques mainstream et le vernis tient plus longtemps sans craqueler.

Une panoplie de marques: outre les vernis rigolos Lallabee et ceux comestibles de Kid Licks, des gammes plus sophistiquées s’imposent avec Kure Bazaar en tête de liste mais aussi plus couteuses à 16 euros le vernis. Côté choix, on peut compter sur Zoya et sa panoplie de couleurs, de même qu’Avril qui propose des prix abordables autour de 2,40 euros seulement.

Certaines comme Sparituel et Nubar ont le mérite d’associer composition plus clean et cette fois 100% vegan histoire d’être engagée sur tous les fronts. Chez nos voisins Américains, on peut se tourner vers Acquarella dont les tons acidulés font craquer mais les prix de 20 euros le flacon piquent les yeux.

Le sermi-permanent bio: débarqué au début de l’année dans les tendance nail-art, le vernis semi-permanent en version bio est le nouveau chouchou sous les feux des projecteurs. Créé par Marinho Paris, il existe en 35 teintes et se veut sans solvants ni acides. Une pose facile qui ne teint pas l’ongle et ne requiert donc pas de base au préalable et un séchage sous lampe LED au lieu d’UV, c’est la promesse faite pour ce produit révolutionnaire.

La manucure peut s’effectuer dans les salons agréés ou à la maison si vous craquez pour le kit manucure complet à 175 euros. Réalisée avec minutie, elle peut tenir jusqu’à deux semaines sans craqueler. Oter le vernis demandera un peu plus de patience, à l’aide de patchs imbibés réutilisables à appliquer 12 minutes sur les doigts. Des accessoires sont également fournis pour enlever tout résidu de gel et repolire l’ongle en douceur. La tendance vernis à ongles bio est donc lus que jamais en marche mais pas encore totalement au point. Tout semble quand-même présager que ça deviendra un must-absolu dans nos produits beauté.

Source: http://www.stylistic.fr/