veronique-leroy

La créatrice belge Véronique Leroy s’est associée à la marque de maillots de bain mythiques Eres à l’occasion d’une collection croisière capsule, disponible en boutique en octobre prochain.

A l’heure où l’épreuve du maillot de bain approche à grands pas, la griffe Eres dévoile les dessous de sa future collection croisière. La marque a fait appel à la créatrice belge Véronique Leroy, pour imaginer une capsule évènement. Pour l’occasion, la styliste a créé douze pièces spéciales, qui viendront compléter la ligne croisière dessinée par le studio d’Eres. « J’ai voulu créer des modèles aux codes efficaces, simples à enfiler et à garder toute la journée, même en ville » confie Véronique Leroy. « Cette collection, je l’ai imaginée comme le vestiaire d’une bande de filles partie sur une plage sauvage » ajoute-t-elle.

Vêtements de plage et accessoires complètent la panoplie

Au programme donc, un maillot de bain une-pièce avec décolleté plongeant, un deux-pièces bandeau, et un modèle une-pièce bustier qui peut se scinder en deux parties pour devenir un combler les indécises. Tous les modèles se parent d’une tresse délicate, véritable fil conducteur graphique, qui signe la coupe des différents modèles. Une robe, une combinaison en soie, une minijupe ainsi que des accessoires comme un sac, un chapeau et une serviette de plage viendront compléter cette sélection. C’est la deuxième fois que la maison Eres confie une de ses lignes à une invitée. L’année dernière, c’est Laure Heriard Dubreuil, la fondatrice du concept store The Webster qui avait imaginé douze pièces vendues en édition limitée. La collection croisière Eres signée Véronique Leroy sera présentée en boutique en octobre prochain pour les chanceuses qui s’envoleront au soleil pendant l’hiver, et disponible jusqu’en février avant de laisser place à la gamme estivale.

La collection croisière d’Eres en images :

veronique-leroy1

veronique-leroy2

veronique-leroy3

veronique-leroy4

veronique-leroy5

veronique-leroy6

veronique-leroy7

veronique-leroy8

Source: http://madame.lefigaro.fr/