Les problèmes de santé peuvent parfois être causés par la consommation de certains aliments. Pour savoir si vous souffrez d’intolérance alimentaire, lisez ce qui suit!

Intolérance au lactose

Ce problème de digestion est attribuable à une carence en lactase, une enzyme qu’on appelle lactose et qui est nécessaire pour digérer le sucre naturel contenu dans le lait.

Il se manifeste principalement par des symptômes tels que ballonnements, flatulences, crampes abdominales et diarrhée.

La gravité des symptômes de l’intolérance au lactose dépend habituellement de la quantité de lait absorbée.

Quoi faire? Le mieux est de cesser de consommer des produits laitiers pendant quelques semaines, puis de les réintégrer graduellement à notre alimentation afin de déterminer notre seuil de tolérance.

L’intolérance au lactose n’est pas une allergie, et la plupart des gens peuvent consommer des produits laitiers en suivant quelques principes simples.

Par exemple, il suffit de prendre de petites portions de produits laitiers, qu’on répartira tout au long de la journée, et de les consommer avec d’autres aliments pour retarder la vidange gastrique, et aussi d’accorder plus de temps à la lactase pour qu’elle assimile le lactose alimentaire.

Les personnes qui sont incapables de boire du lait sans avoir de symptômes peuvent consommer du yogourt, car ce dernier contient des bactéries actives qui facilitent la digestion du lactose.

Elles tolèrent les fromages à pâte ferme, car ils ne contiennent presque pas de lactose.

Elles peuvent également boire du lait sans lactose, ou encore utiliser des comprimés ou des gouttes de lactase pour améliorer la digestion du lactose.

Maladie cœliaque

La maladie cœliaque, aussi appelée «entéropathie au gluten», est une affection chronique de l’intestin grêle causée par la consommation de gluten, une protéine qui se trouve dans les produits céréaliers.

Son origine est inconnue, mais il s’agirait d’une réaction anormalement forte du système immunitaire au gluten, qui endommagerait la muqueuse de l’intestin grêle et réduirait ainsi la capacité d’absorption de certains nutriments, dont le fer, l’acide folique, le calcium, la vitamine D, les protéines et les graisses.

Les principaux symptômes sont: diarrhées, ballonnements, douleurs abdominales, flatulences, perte de poids, fatigue extrême, douleurs osseuses, gonflement du ventre et aphtes buccaux.

Quoi faire? Si on croit souffrir d’entéropathie au gluten, mieux vaut consulter un médecin, qui posera un diagnostic après qu’on aura subi des tests sanguins.

Toutefois, il est nécessaire de passer une biopsie du petit intestin pour en avoir la confirmation.

La seule façon de traiter la maladie est de suivre un régime rigoureux sans gluten pour le restant de sa vie.

Il faut donc éviter de consommer du pain, des produits de boulangerie et de pâtisserie, des pâtes alimentaires et une variété d’aliments transformés, dans lesquels le gluten porte des appellations comme «protéines végétales hydrolysées» et «amidons modifiés».

Intolérance au fructose

L’intolérance au fructose peut être à l’origine de plusieurs problèmes gastro-intestinaux, comme les flatulences, la diarrhée, les ballonnements et les douleurs abdominales.

Ce sucre est naturellement présent dans les fruits et le miel.

Chez les gens souffrant d’une intolérance, le fructose, plutôt que d’être absorbé dans le petit intestin, se rend jusqu’au côlon où les bactéries fermentent, ce qui produit des gaz, de la douleur et de la diarrhée.

Il ne faut pas confondre cette affection avec l’intolérance héréditaire au fructose, une affection très grave et beaucoup plus rare.

Chez les personnes qui sont atteintes de cette maladie, l’ingestion de fructose produit non seulement des troubles gastro-intestinaux, mais aussi des complications sérieuses, comme un dysfonctionnement du foie et des reins pouvant entraîner la mort.

Quoi faire? Il est préférable de prendre rendez-vous avec un médecin pour avoir un diagnostic précis. En général, les personnes qui souffrent de ce type d’intolérance peuvent consommer des fruits pauvres en fructose.

L’idéal est de connaître son seuil de tolérance et d’adapter sa consommation de fruits en conséquence.

Le fait de manger de plus petites quantités de fruits à la fois facilite aussi la digestibilité du fructose. On conseille aux personnes intolérantes de ne pas consommer de fruits séchés, comme les abricots et les dattes. Les bonbons et les boissons sucrés au sorbitol sont à éviter.

Allergie alimentaire

L’allergie alimentaire est une réaction anormalement forte du système immunitaire provoquée par l’ingestion d’un aliment ou d’un additif alimentaire.

Elle peut causer de nombreux symptômes tels que démangeaisons, urticaire, enflure (lèvres, langue, gorge, visage), larmoiement, congestion et écoulement nasal, nausées, vomissements, diarrhée, toux, serrement de la gorge, difficulté à avaler, problèmes respiratoires et choc anaphylactique, une réaction grave de l’organisme qui met la vie en danger.

Ces symptômes surviennent généralement de quelques secondes à 2 heures après l’exposition à l’aliment déclencheur.

90 % des allergies alimentaires sont causées par un petit groupe d’aliments, dont les arachides, les œufs, le lait, les noix, les graines de sésame, le soya, le poisson, le blé, les crustacés et les mollusques.

Quoi faire? Le seul moyen de prévenir la réaction allergique est de bannir complètement l’aliment qui cause l’allergie.

Il est important de bien lire les étiquettes et de ne pas hésiter à s’informer sur les ingrédients qui entrent dans la composition d’un plat au restaurant ou chez des amis.

Dans le cas d’une exposition accidentelle à l’aliment déclencheur, la prise d’un antihistaminique peut soulager les symptômes.

Mais dans le cas d’un choc anaphylactique, il n’y a qu’un seul traitement possible: l’administration d’une dose d’épinéphrine dès les premiers symptômes.

Source : //www.moietcie.ca