Nous savons tous que le soleil est indispensable à la vie.

Il prévient la dépression saisonnière (en produisant de la mélanine), régule notre horloge biologique et notre humeur, prévient le rachitisme, augmente la synthèse de vitamine D, renforce la solidité osseuse, améliore et guérit certaines maladies de la peau comme le psoriasis, l’eczéma ainsi que certaines allergies.

Mais une exposition inconsidérée entraîne de sérieux problèmes de santé de la peau : rides profondes, rougeurs, cataractes, affaiblissement du système immunitaire, cancer.

Si la crème solaire reste indispensable, le renforcement interne en antioxydant devrait faire partie de nos réflexes quotidiens et plus encore estivaux.

1. Mécanisme d’action

Lors de l’exposition à la lumière sans même parler du soleil, la peau puise dans ces réserves en antioxydants pour se protéger des UV.

Les rayons ultra-violets (UV) activent la production de mélanine (pigments de notre peau) et simultanément engendrent la production de radicaux libres qui détruisent les acides gras des membranes cellulaires et altèrent les tissus conjonctifs.

Il en résulte un vieillissement prématuré de la peau, une diminution de sa souplesse et de son élasticité et un risque plus élevé de développer un cancer de la peau.

Seuls les antioxydants sont capables de piéger ces radicaux libres et de protéger les structures biologiques de la peau.

2 .Quels sont-ils?

La provitamine A ou béta-carotène :

Présente dans les fruits et légumes colorés (carottes, épinards, tomates, abricots, ..).

Les béta-carotènes protègent notre peau de l’attaque des radicaux libres, protègent les membranes cellulaires (protègent le collagène), interviennent dans le renouvellement cellulaire et harmonisent la pigmentation de la peau en accélérant la production de mélanine.

La vitamine A :

Présente entre autres dans les poissons gras, mais aussi dans le jaune d’&oeliguf, le beurre, la vitamine A intervient dans les processus de renouvellement cellulaire et est également utilisée à fortes doses en prévention de cancers.

La vitamine E :

Disponible dans les céréales et pains complets, les noisettes et amandes, les poissons gras, ainsi que certains fruits (pomme, mangue, pêche, pastèque et goyave) et légumes (épinards, brocolis, asperges), la vitamine E protège la peau des agressions externes (soleil, tabac, UV, pollution) et interne (action des radicaux libres), favorise la micro circulation sanguine cutanée et renforce le film lipidique qui protège l’épiderme, ce qui lui permet de rester hydraté.

L’action de la vitamine E est d’autant plus efficace lorsqu’elle est associée à la vitamine C et ou au sélénium.

La vitamine C :

Présente en grande quantité dans les agrumes (orange, pamplemousse, citron), on la retrouve également dans les légumes (poivron, cresson, épinard, pomme de terre..), elle présente l’avantage de prévenir le vieillissement cutané.

Le sélénium :

Que l’on retrouve en concentrations plus ou moins importantes dans les fruits de mer, crustacés, poissons, champignons, ail, oignons, céréales complètes, le sélénium est un antioxydant puissant qui protège notre peau de l’attaque des radicaux libres.

Les acides gras poly-insaturés et plus spécifiquement les oméga-3 :

Dont la source la plus disponible est celle des poissons gras (saumon, sardine, maquereau, anchois, etc, …), se trouvent également dans l’huile de colza, dans les noix, les graines de lin. Ils interviennent dans la reconstruction des membranes cellulaires, diminuent le risque d’inflammation de la peau (diminuent les prostaglandines E2) lors de l’exposition au UVB et sont utilisés pour le traitement de certaines maladies de la peau comme le psoriasis.

Les bioflavonoïdes :

Que l’on retrouve dans les fruits (orange, citron, raisin, cerise, cassis), légumes et plantes dont le thé vert, améliorent la fermeté et l’élasticité de la peau en renforçant la cohésion des fibres de collagène et d’élastine et agissent tout comme les autres vitamines en tant qu’antioxydant.

3. Quels aliments faut-il éviter ?

Tous les légumes et fruits contenant des quantités importantes de psoralène comme le céleri, le fenouil, le persil et les figues.

Le psoralène sensibilise la peau et augmentent les risques de coup de soleil.

Il est donc déconseillé de consommer ce type de légume en quantités importantes durant les périodes estivales.

L’alcool fait également partie des interdits. En plus d’augmenter la déshydratation, l’alcool fragilise la peau (derme) et la rend plus terne.

En conclusion :

Fruits et légumes colorés, poissons gras, céréales complètes, ail et oignons devraient faire partie de nos repas estivaux.

Leurs teneurs en antioxydants, oméga-3, eau et bioflavonoïdes permettent de préparer la peau aux assauts du soleil et de diminuer son vieillissement.

Mais attention tous ces aliments ne remplacent en aucun cas les crèmes solaires et ne protègent pas d’une exposition prolongée au soleil.

Il est donc primordial de ne pas s’exposer entre 12 et 16h et quelques soit l’heure et l’endroit, même sous un parasol, d’utiliser la crème solaire haute protection.